Islande : découverte de l’Est, du Nord et de l’Ouest du pays #2

Je reviens ici pour le deuxième volet de la trilogie islandaise. Déjà 2 semaines que nous sommes rentrés, les souvenirs sont encore bien ancrés et j’en profite donc pour continuer le récit de ce voyage en Islande.


JOUR 5 : l’Est de l’Islande

Après avoir passé la nuit près de Hofn, nous avons fait machine arrière pour la Black Diamond Beach. Après une nuit claire et bien fraîche, les blocs de glace étaient là ! Une petite heure sur place à se balader, les photographier, se photographier et admirer cette beauté. N’y allez pas en fin de journée, ni par jour de pluie ou « chaleur », vous risquez de ne pas les trouver car ils auront fondu.

Ce demi-tour nous a valu quelques dizaines de kilomètres en plus mais nous ne regrettons pas. Nous filons à nouveau sur Hofn pour pique-niquer (et trouver mon pain de mie protéiné préféré au supermarché) avant de filer sur Stokksnes.

Le ciel est d’un bleu si profond. Je ne cesse de me dire que nous avons été vraiment chanceux sur la météo. Le village de Stokksnes est l’ancien repère Viking. Il est aussi connu pour un panorama montagneux hors du commun et sa plage de sable noir toute bossue.

STOKKSNES

Prévoyez le budget pour stationner et visiter : 900 ISK par personne. Vous ne pourrez pas passer entre les gouttes car le café Viking qui s’y trouve possède des caméras. Je vous laisse découvrir cette découverte en images. Je vous conseille vraiment cet endroit. Pour y accéder, il faut, depuis la route 1 juste avant le tunnel et sur la droite, rejoindre et longer une petite route pleine de graviers.

La journée se termine car nous devons rejoindre notre hôtel situé à une centaine de kilomètres. À ce niveau-là, la route 1 longe toute la côte, le paysage et la vue sur les Fjords de l’Est sont fantastiques. La mer agitée se jette sur les rochers, on ralentit car personne ne nous suit et nous voulons en profiter. Dans mes souvenirs, c’est dans cette région que nous avons laissé passer deux rennes qui traversaient la route. Totalement irréel de les voir gambader dans le désert ! J’étais persuadée qu’ils vivaient en forêt.

Nous dormons à l’Hôtel Stadarborg près de Bredalsvik. Seulement deux couples dans tout l’hôtel ! Nous dînons et prenons le petit-déjeuner sur place, le personnel est aux petits soins. Avant de partir, le lendemain matin, une petit sortie running à jeun s’est imposée pour profiter de chaque instant avant de reprendre la route.

JOUR 6

Cette sixième journée sonne la moitié de notre voyage. C’est aussi la plus petite étape du voyage. Premier stop, la cascade FlogufossUne bonne centaine de kilomètres et un col à gravir pour atteindre Seydisfjördur. Nous nous arrêtons manger au supermarché de la seule grande ville que nous croisons : Reydarfjördur. Nous reprenons la route direction Egilsstadir puis le col à gravir ! Seydisfjördur est surtout connue car c’est un petit port rempli de jeunes et d’artistes, une ville adorable aux maisons multicolores, et surtout le point de départ des ferrys. Le col est assez costaud à grimper en voiture, la consommation d’essence nous a fait bondir ! Nous sommes passés de 10 degrés à -3°C là-haut, paysages glacés et ciel funèbre à la clef. On se dit qu’en hiver, cela doit être impossible ! Les routes étaient bien dégagées mais verglacées par endroits.

ARRIVÉE À SEYDISFJORDUR

On dépose nos affaires à l’auberge choisie pour la nuit : le HI Hostel Hafaldan ! Une auberge assez haut de gamme rattachée à l’hôpital de la ville. Tenue par un couple (franco-islandais), on s’y est tout de suite sentis bien : chambre impeccable, cuisine commune toute équipée et conviviale avec un grand îlot central, sauna au sous-sol, laverie, supermarché à 200m…. Tout est écolo, tri des déchets obligatoires, consignes…

Il fait bien plus frais qu’ailleurs car la montagne enneigée nous tombe dessus ! On se balade dans la ville, admire les paysages, les maisons, la rue « arc-en-ciel » et l’étang où s’échouent des phoques… sauf ce jour-là, haha. Soirée tranquille à base de sauna et cuisine collective.

JOUR 7 : le Nord de l’Islande

7èmejour et plus longue traversée en voiture ! Nous allons parcourir la « diagonale du vide » jusqu’à Dettifoss, notre premier point de chute. Sur cette trajectoire, prévoyez d’avoir de l’essence, de l’eau, de la nourriture, de la batterie, car il n’y a RIEN pendant bien 200km voire plus. Les paysages sont magnifiques, lunaires, il commence à faire beau, mais pas un habitant à la ronde dans cette partie de l’Islande.

Arrêt à Dettifoss, une fantastique cascade, la plus large, qui provoque des embruns tels que la prise de photos est difficile ! Il faisait si froid ! Un micro climat glacial (-2°C) alors que sur la route principale avant de bifurquer, il faisait une dizaine de degrés. Visite gratuite mais nous ne sommes pas restés très longtemps, le temps était assez maussade, on ne distinguait pas vraiment la cascade du ciel.

FUMEROLLES ?

Sur la route vers Krafla, le lac Viti, nous nous arrêtons à Hverarönd, spot incontournable pour inhaler la douce odeur de soufre (œuf pourri). C’est ici que démarre une jolie randonnée vers Myvatn, mais surtout, c’est à cet endroit que l’on peut admirer les fumerolles et bains bouillonnants qui émettent le gaz sulfurique. Le sol volcanique est magnifique, ocre, terre battue, bleu ciel et gris, j’ai adoré cet endroit. Gratuit.

À quelques kilomètres se trouve le lac Viti, au pied du Krafla (volcan inaccessible). Ce lac est blotti dans un cratère et est d’un bleu à couper le souffle ! Le soleil est revenu, la chaleur aussi, ce qui nous a permis de faire de jolies photos. Cette région est plein de sites géothermiques. Les islandais se chauffent et produisent de l’énergie grâce à la chaleur provenant des volcans. Près de 130 volcans cohabitent en Islande !

Pour déjeuner, nous trouvons un supermarché à Reykjalid, avant de filer vers la cascade Godafoss (en forme de fer à cheval). Elle se trouve au bord de la route 1 et est très accessible. Un parking gratuit vous accueille. Nous dormons à Laugar, à l’hôtel Storu Laugar, vraiment bien ! Un seul restaurant dans le périmètre, qui ferme à 20h30 (ils n’ont pas le même rythme alimentaire que nous) nous accueille pour des pizzas, burgers ou salades (peu d’options végétariennes donc la pizza s’est présentée naturellement car les salades étaient toutes à la viande et 4x plus chères, dès qu’on parle légumes…).

JOUR 8

Session course à pied au saut du lit à nouveau, pour se dégourdir les jambes avant le petit-déjeuner. Le buffet de l’hôtel était compris dans le tarif et gargantuesque ! Salé, sucré, pancakes, spécialités, différentes céréales, du skyr… Comment vous dire que nos petit-déjeuners se sont tous transformés en brunch.

DÉTENTE DANS LES EAUX SOUFRÉES

Journée très détente pour découvrir le lac Myvatn. On a commencé par une virée aux sources d’eau chaude dès l’ouverture (9h en été, 12h en hiver). Le calme avant la tempête ! De 10h à 11h, nous n’étions que deux couples dans tout le complexe. Un b-o-n-h-e-u-r ! L’eau est à 38 voire 40°C, sent le soufre mais rend la peau toute douce. Une grande piscine laiteuse et un hammam chauffé par géothermie volcanique plus tard, nous avons déjeuné au Café Boutique Borgir. Bar à soupe, pain nordique, beurre et café à volonté pour 1700 ISK soit une dizaine d’euros, le bon plan. C’était délicieux, et la gérante de la boutique était française. Elle a été d’excellent conseil pour découvrir le domaine Myvatn.

Virée au cratère, le plus large qui existe sur l’île (1km de diamètre) : Hverfjall. Nous nous sommes ensuite baladés sur l’île aux oiseaux au sud-ouest du lac avant de repartir vers Akureyri, deuxième ville d’Islande.

Infos pratique : le péage pour rejoindre Akureyri vaut une quinzaine d’euros si vous continuez tout droit sur la route 1 en approchant la ville. Pour l’éviter, il suffit de bifurquer à droite sur la route 84 (asphaltée), puis redescendre sur la 83 avant d’arriver en ville en longeant le fjord. En plus, la vue est magnifique, et vous économisez de quoi dîner.

Soirée tranquille à Akureyri, dîner au Back Packers (auberge de jeunesse et restaurant friendly-cosy) pour une délicieuse tartine avocat, œufs, saumon islandais. Nous dormons à Artic Apartment (sur Booking) : juste TOP ! La première fois que nous avons un vrai appartement pour nous tout seuls, aménagé au rez-de-chaussée d’une maison typique islandaise. Décoration et standing. L’hôte est adorable.

JOUR 9

Départ d’Akureyri direction Hvammstangi ! Cette journée est dédiée à la recherche des Turf Houses. En effet, ces maisons traditionnelles très anciennes sont soit inaccessibles, soit la propriété des fermiers, et donc elles se trouvent aux fins fonds de leurs jardins. Nous en avons trouvé plusieurs, gratuites au public : Kjalki et Glaumbaer. Mention spéciale à Glaumbaer où nous avons trouvé le salon de thé le plus mignon (inspiration british) : Askaffi.

Nous finissons la journée en découvrant Hvammstangi et la côte qui longe la péninsule par la route 711. Cette ville est l’un des principaux repères des phoques… Mais nous n’en avons pas vu. Petite ville tranquille, nous dînons à Hladan Kaffihus, pour une soirée bar à soupe, pain et beurre. Nous dormons dans un hôtel spécialisé dans l’équitation : Gauksmyri. Mention spéciale pour le cadre et le buffet du petit-déjeuner !

JOUR 10 : l’Ouest de l’Islande

Après une bonne nuit, nous partons pour une très longue journée en voiture. Direction Borgarnes pour la découverte de cette ville proche de Reykjavik, et surtout pour tester une adresse qui nous avait été conseillée plus tôt, lorsque nous étions dans l’Est du pays. Après une balade à pied dans la ville (il faisait un froid glacial), nous avons déjeuné au buffet végétarien du Settlement Center. Je n’ai jamais aussi bien mangé lors d’un buffet déjeuner, d’une si haute qualité pour si peu cher en Islande. Les boissons chaudes à volonté, les plats, la soupe du jour et le pain étaient à volonté, pour 2400 ISK soit à peine 17-18€ environ. Vraiment, allez à Borgarnes, même si ce n’est que pour y manger.

Nous partons ensuite vers la péninsule de Snaefellness. The place to be à l’Ouest de l’Islande. Nous décidons de faire le tour, même si nous arriverons tard au prochain point de chute. Nous partons direction Ytri Tunga, un spot pour les phoques : nous en avons ENFIN vus ! Il vous faudra crapahuter tout au bout des rochers pour les apercevoir, échoués sur des rochers, en train de prendre le soleil.

Direction ensuite Londrangar, pour une petite randonnée, seuls encore une fois, mais sous un soleil de plomb. Attention, le vent est très impressionnant ! Sur la falaise, vous pourrez admirer tous les nids de mouettes, et leurs envolées ! Il paraît que c’est aussi le spot pour les macareux. Echec à nouveau. On ne comprend pas, c’est pourtant la pleine saison ! Sur la gauche en arrivant, un petit chemin vous amène vers de majestueux rochers, perdus au milieu de nulle part.

FAIRE LE TOUR DE LA PÉNINSULE

Il se fait tard et nous devons encore faire tout le tour de la péninsule. Nous filons donc en voiture sans nous arrêter. Nous admirons les champs de lave, les montagnes, le changement de temps, les averses de grêles puis les belles éclaircies. La nature est magique sur cette partie. Nous dînons dans un petit restaurant de pizzas à Grundarfjordur, le Laki Hafnarkaffi, où je prends à nouveau le bar à soupes. Pour 10€, c’est toujours la meilleure option en Islande !

Nous dormons dans un sublime hôtel entièrement en bois, version chalet en montagne, près de Stykkisholmur : le Stundarfridur.


Voici le cœur de notre séjour en Islande, les plus grandes étapes en voiture, et la plus grande diversité des paysages. Le dernier article sera entièrement consacré à la capitale, Reykjavik, et toutes ses bonnes adresses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *